Informations Ouvrières n°488

mercredi 31 janvier 2018
par  POI National
popularité : 16%

Face à la lutte des classes, le vieux spectre de l’association capital-travail 

Maryse Launais, membre du bureau national du POI 

Davos, 24 janvier. Au forum des milliardaires et des puissants du monde entier, la CSI (Confédération syndicale internationale) par la voix de sa secrétaire générale, Sharan Burrow, a appelé à « changer les règles de la mondialisation », en soulignant « l’urgence ». « Nous devons nous asseoir et négocier un nouveau contrat social », a t-elle déclamé.

 La suite est édifiante. Après les larmes de crocodile, la CSI n’a dit mot à la puissance financière de l’urgence et de l’exigence du maintien de toutes les conquêtes ouvrières et démocratiques, fondements de la civilisation, du maintien des statuts, de l’augmentation générale des salaires et des retraites, de l’arrêt complet des licenciements, de la défense de la Sécurité sociale de 1945 pour notre pays ! Pas un mot !… Le programme de la CSI : s’asseoir et négocier, en deux mots : accompagner la mondialisation pour enrichir encore plus les multinationales, les actionnaires et ressusciter le vieux spectre de l’association capital-travail ! 

30 janvier, événement historique ! Dans tout le pays : lutte de classe et solidarité ouvrière inter générations, avec la grève nationale des travailleurs des maisons de retraite et des Ehpad (publics et privés) soutenus par tous les syndicats. 

Quelques mots tirés d’un tract syndical : « Pour que nos anciens, nos parents, nos grands-parents (et eux-mêmes quand ils en auront besoin) bénéficient de conditions décentes et satisfaisantes dans ces établissements. » 

La France, 4e puissance économique mondiale, laisse de côté ses aînés ! 

730 000 retraités sont en Ehpad, soit 7 % de la population en France ! Il faudrait 200 000 places dans les douze prochaines années ! Des sommes astronomiques à sortir de la poche des résidents, chaque mois, pour être accueillis dans ces établissements ! 

En 1945, la Sécurité sociale avait été créée pour la protection de la naissance à la vieillesse.

 Au nom de la mondialisation, des profits capitalistes, tous les gouvernements, et celui de Macron n’y déroge pas, se sont attelés à porter des coups à cette institution ouvrière. 

Dans le libre débat qui nous anime entre militants ouvriers, il nous faut aborder, à mon avis, cette question fondamentale : la remise en cause de tous les acquis de 36-45 nous mène tout droit à un autre modèle social, voulu par les patrons, la finance, l’Union européenne et le concours zélé de quelques autres ! 

L’objectif est clair : tenter de substituer à la lutte de classe l’association capital-travail pour exploiter sans limites, sans vergogne, les travailleurs. 

Tous les mouvements actuels (gardiens de prisons, enseignants, territoriaux, cheminots) le démontrent : les travailleurs de ce pays refusent cette politique, incarnée aujourd’hui par Macron, et la combattent alors même que la perspective d’y aller tous ensemble semble pour le moment difficile. 

Tous, y compris les élus communaux qui résistent contre la remise en cause de la République des 36 000 communes et de la laïcité. 

Transformer des rapports collectifs en rapports individuels face aux patrons, transformer la protection sociale collective en assurance privée, transformer la République une et indivisible en morceaux juteux pour la grande finance ! Personne n’en veut ! 

IO488 

Editer les pages



Agenda

<<

2018

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
   1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728    
Aucun évènement à venir les 12 prochains mois