103 candidats du POI en campagne : pourquoi ?

(Réponses à quelques questions)
mardi 7 février 2012
par  poivitrolles
popularité : 8%

Le Parti ouvrier indépendant organise dans tout le pays en ce premier trimestre 2012 des assemblées-débats, en particulier avec les 103 candidats qu’il présente aux élections législatives. Il vous invite à venir y discuter avec lui.

Quelle réponse ouvrière à la hauteur de l’offensive déclenchée par le capital financier à travers ses agences de notation ?

L’immense majorité des travailleurs, des jeunes, des retraités, des chômeurs ont été littéralement saisis en apprenant que l’abaissement de la notation de la France par Standard and Poor’s était justifié par cette officine de la classe capitaliste des États-Unis au nom des « trop grandes rigidités du marché du travail et de la nécessité d’assurer l’équilibre des finances publiques » en France. Autrement dit : les droits, les garanties, le Code du travail, la Sécurité sociale, les conventions collectives et les statuts arrachés par la classe ouvrière et la démocratie. L’angoisse grandit de jour en jour. Angoisse provoquée par la remise en cause de l’emploi, des garanties sociales, du logement, de tous les droits arrachés par les travailleurs depuis des décennies. Chacun comprend que les « marchés », qui ont déjà mis à genoux la Grèce, saigné l’Italie, l’Espagne, le Portugal, veulent faire basculer à son tour notre pays dans l’abîme. Face à cela, peut-on considérer que les dispositions annoncées par les directions des « partis de gauche » sont à la hauteur de l’enjeu ? Leur refus de manifester la moindre volonté de rompre avec le cadre imposé par le capital financier, celui de « l’obligation du paiement de la dette », conduit les travailleurs - en nombre de plus en plus grand, et quelle que soit l’attitude qu’ils adopteront à l’élection présidentielle - à s’interroger : comment faire front, sinon en s’attelant au rassemblement des travailleurs et de la population laborieuse des villes et des campagnes, dans l’unité, autour de leurs organisations, sur le terrain de la lutte de classe Existe-t-il un autre moyen d’ouvrir une issue politique conforme aux exigences fondamentales de la démocratie politique ?

A trois mois de l’élection présidentielle...

Le sentiment grandit que ce gouvernement et ce président qui appliquent la politique de destruction dictée par la troïka (FMI, Union européenne, Banque centrale européenne) pourraient bien être contraints à quitter le pouvoir. Mais après ? Si le POI, avec des millions de travailleurs, se prononce inconditionnellement pour chasser ce gouvernement afin de chasser cette politique, on ne saurait se contenter de remplacer un président par un autre qui, pour rassurer les marchés financiers, continuerait à payer la dette aux banques, à imposer la réduction des déficits publics et à respecter toutes les exigences de la troïka qui veut démanteler les conquêtes sociales et démocratiques arrachées par la lutte de classe. Ce que veut le peuple, ce n’est pas suivre la voie empruntée en Grèce, au Portugal, en Espagne, en Italie où des gouvernements de toutes couleurs ou de « salut national » mettent en œuvre des politiques de destruction au service du capitalisme contre les besoins de la population.

Est-il possible d’accepter de discuter dans le cadre de la réduction du « coût du travail » ?

Les réactions, après l’annonce par les marchés financiers qu’ils passaient à l’offensive contre la France, ont de quoi interpeller les travailleurs et la jeunesse. D’un côté - c’est dans l’ordre des choses - Sarkozy a ouvert son sommet social sous l’égide de la nécessaire réduction du « coût du travail ». Au nom de quoi, il a annoncé des mesures énergiques pour réformer le financement de la Sécurité sociale. Reprenant les exigences du Medef, il prétend donc introduire la TVA sociale, c’est-à-dire transférer à l’impôt le plus injuste les milliards de cotisations dues par les patrons. Mais, il faut bien le constater, de manière stupéfiante, Hollande et à sa suite tous ceux qui s’élèvent contre la proposition de TVA sociale proposent en guise d’alternative, au nom de la baisse du « coût du travail », une augmentation de la CSG, c’est-à-dire, là-aussi, le transfert à un impôt qui, à près de 90 %, est payé par les salariés. Or CSG et TVA sociale répondent à une même logique : la remise en cause du financement de la Sécurité sociale par les cotisations, salariales comme patronales, qui sont dues par les patrons et qui constituent le salaire différé. Il y a donc bien l’amorce d’un consensus qui aboutirait à transférer le financement de la Sécurité sociale vers un impôt, qui, lui, sous le contrôle de l’État, deviendrait un instrument visant à étrangler purement et simplement la Sécurité sociale de 1945.

Est-il possible d’accepter de réformer le financement de la Sécurité sociale ?

Cela fait maintenant vingt ans, depuis la création de la CSG, que les exonérations de cotisations patronales ne cessent d’augmenter, atteignant 30 milliards d’euros pour la seule année 2010. Elles ont été justifiées depuis vingt ans au nom de la croissance et de l’emploi. Or, dans le même temps, le chômage n’a cessé de grimper. Force est de le constater : tous les candidats, y compris ceux qui se réclament de la défense des intérêts ouvriers et populaires, restent prisonniers du cadre imposé par le FMI, l’Union européenne, la Banque centrale européenne. Nous avons publié tous les chiffres dans notre journal Informations ouvrières. Il n’y a pas de déficit de la Sécurité sociale. Que les exonérations accordées aux patrons (316 milliards en dix-neuf ans) soient restituées à la Sécu, et le problème serait réglé. La Sécurité sociale est une conquête de la classe ouvrière. Elle est financée par le salaire différé. Elle appartient aux travailleurs. Quiconque se réclame des intérêts ouvriers ne devrait-il pas dire clairement : « Retour à la Sécurité sociale de 1945 fondée sur la solidarité ouvrière, abrogation des exonérations patronales, la Sécu doit rester la propriété des travailleurs ! »

Certes, à la sortie du sommet social, les représentants des organisations qui participaient ont clairement dit leur refus de la TVA sociale. Mais, il faut bien constater que tous sont invités à la mise en place du Haut Conseil sur le financement de la Sécurité sociale. Tous sont invités à venir y faire leurs propositions. Répétons-le, rien ne justifie la moindre réforme du financement de la Sécurité sociale. Une seule mesure : l’annulation des exonérations, le retour de l’argent de la Sécurité sociale entre les mains de la classe ouvrière, posant donc toute la question de l’indépendance du mouvement ouvrier.

Faut-il rembourser la dette ?

La réforme du financement de la Sécurité sociale, comme les privatisations, les suppressions d’emplois dans les services publics, les mesures de restructuration dans l’industrie, toutes les attaques contre les droits ouvriers et démocratiques, sont prises, prétendument, au nom de la dette et des déficits publics. Mais est-ce la réalité ? A qui appartient la dette publique française ? Elle est entre les mains de grandes sociétés d’assurance et de banques, de groupes financiers français et étrangers. Et on ose exiger des travailleurs et des jeunes qu’ils sacrifient tout ce qui a été conquis par la lutte de classe au nom de la dette, des déficits publics, alors qu’il s’agit exclusivement d’engraisser les banquiers et les spéculateurs ! Depuis 2008, des milliers de milliards d’euros ont été mis à disposition des banquiers, des capitalistes et des spéculateurs qui les utilisent dans le seul but d’accroître leur profit. Pendant ce temps, le chômage dépasse les 10 %. Le gouvernement s’attaque aux retraites, aux salaires. 900 usines ont été fermées en trois ans et 150 000 emplois supprimés dans la fonction publique. En trente ans, 1 800 000 emplois ont disparu dans l’industrie de notre pays. Il y a aujourd’hui près de cinq millions de chômeurs. N’est-ce pas cette spirale qu’il faut briser ? N’est-ce pas avec cette politique qu’il est urgent de rompre ? Comment avancer dans cette voie ?

Pourquoi le Parti ouvrier indépendant a-t-il choisi de ne pas présenter de candidat à l’élection présidentielle ?

Pour les capitalistes, les banquiers, les spéculateurs, les agences de notation, cette élection présidentielle présente l’immense avantage de se limiter à désigner celui qui sera le plus efficace pour appliquer les plans de l’Union européenne, de la Banque centrale européenne, du Fonds monétaire international grâce aux pouvoirs que lui confèrent les institutions antidémocratiques de la Ve République Le suffrage universel perd, dans ces conditions, sa signification d’expression de la volonté démocratique. Le débat est biaisé, la communication prend le pas sur le fond et les idées. Le citoyen est bafoué, la souveraineté du peuple piétinée, au nom, précisément, du suffrage universel... Nous avons estimé qu’en ne présentant pas de candidat, nous rendrons plus claire et plus nette la nécessité de rejeter ces institutions antidémocratiques, de rompre avec l’Union européenne et de jeter les bases d’une authentique démocratie. Avons-nous eu raison ? Au-delà, le débat porte sur : qu’est-il possible de faire pour sortir de cette situation ? Pour notre part, nous estimons que la rupture nécessaire avec la politique de destruction généralisée passera par la mobilisation du peuple et de la jeunesse : la mobilisation de la classe ouvrière sur son propre terrain de lutte de classe, la mobilisation des élus contre les plans d’austérité, quelle que soit la couleur politique du gouvernement qui les impose. Cette question n’est pas seulement française, elle est européenne. C’est le sens de l’appel lancé à la tribune du meeting internationaliste organisé le 1er octobre 2011 par le POI en commun par des militants ouvriers et des responsables venus de Grande-Bretagne, d’Allemagne, de Grèce, d’Irlande, d’Espagne, du Portugal, de France.

Le POI a pris trois initiatives.

· Il a apporté son soutien à la conférence du 26 novembre à l’initiative de 160 militants ouvriers, conférence qui a placé en son centre la défense de l’indépendance du mouvement ouvrier dont le rôle n’est pas d’accompagner les plans de la troïka : sa responsabilité, au contraire, est de défendre, pied à pied, l’ensemble des revendications ouvrières, conquêtes, acquis et de se dresser contre toute tentative de l’entraîner dans la gouvernance ou ce que d’autres appellent aujourd’hui la « coproduction ».

· D’autre part, le POI présente 103 candidats aux élections législatives sur les mots d’ordre décidés par son congrès : « Non à la dictature de la troïka ! Dehors l’Union européenne, le Fonds monétaire international, la Banque centrale européenne ! A bas les institutions de la Ve République, Assemblée constituante, maintenant, tout de suite pour rétablir la souveraineté du peuple, établir la démocratie, ouvrir la voie à un gouvernement d’urgence de sauvegarde du peuple travailleur et de la démocratie » . Il s’agit d’aider à l’enracinement et à la construction d’un authentique parti ouvrier indépendant, un parti dont la politique est dictée par les seuls intérêts des opprimés et des exploités, et non par les exigences des banquiers.

· Sur le plan de la démocratie communale, nous avons apporté notre soutien à la mobilisation des maires et des élus qui, à plusieurs centaines, ont préparé, soutenu, mandaté la délégation conduite par Gérard Schivardi, maire de Mailhac, qui s’est rendue au ministère de l’Intérieur le 19 décembre pour faire prévaloir l’exigence du respect de la libre organisation des communes et le refus de l’intercommunalité forcée.

Est-il possible de se fixer un autre objectif que d’ouvrir la voie à la reconstruction du pays, de l’économie, de la démocratie ?

Tous les travailleurs peuvent faire le calcul : les milliers de milliards d’euros déversés à guichets ouverts pour les banquiers et les spéculateurs ne pourraient-ils être mis à profit pour créer des millions d’emplois ? Ne serait-ce que pour construire les millions de logements nécessaires et les hôpitaux ou les écoles. Ce serait non seulement répondre à des besoins sociaux vitaux, mais porter un coup d’arrêt à la vague de chômage, de misère, de précarité, de pauvreté qui s’étend de jour en jour. Est-ce possible ? Qui oserait prétendre qu’il est impossible de mettre en œuvre une politique qui parte des besoins de la population et pas des besoins des spéculateurs ?

Quelles sont les premières mesures qui permettraient immédiatement de répondre aux besoins les plus urgents du peuple ?

N’importe quel travailleur peut en dessiner les contours. Il s’agirait de toute évidence d’abord d’annuler la dette et de rompre avec les traités de Maastricht, Lisbonne, Amsterdam et les institutions de l’Union européenne, du FMI et de la Banque centrale européenne. Impossible de répondre aux besoins du peuple sans prendre les mesures visant à stopper la saignée des destructions d’emplois en décrétant l’interdiction des licenciements et des délocalisations, l’arrêt de la révision générale des politiques publiques (RGPP), le rétablissement des centaines de milliers d’emplois supprimés dans les hôpitaux, écoles, bureaux de poste. Impensable de répondre aux besoins du peuple sans porter un coup d’arrêt aux privatisations, sans procéder à la renationalisation des services publics et sans rétablir la Sécurité sociale sur ses bases de 1945. Répondre aux besoins du peuple impliquerait tout autant, de manière urgente, d’abroger les contre-réformes, à commencer par celles des retraites, de faire respecter la stricte séparation des Églises et de l’État.

Mais quel gouvernement serait à même de prendre de telles mesures ?

Un gouvernement qui n’hésiterait pas à confisquer les avoirs des banques, les fusionnant en une banque unique sous le contrôle de l’État pour en faire un instrument au service d’une politique de création d’emplois permettant à chacun de vivre dignement de son travail et de son salaire dans le cadre des garanties collectives. Un tel gouvernement, qui n’hésiterait pas à briser le carcan imposé par la troïka (FMI, UE, BCE) au service des capitalistes, ne peut être porté au pouvoir que par la mobilisation de millions et de millions pour imposer une politique partant de leurs besoins. Seule une telle mobilisation pourra imposer un gouvernement qui se donnera les moyens de balayer les institutions antidémocratiques de la Ve République et de l’Union européenne dont la seule fonction est de perpétuer l’oppression du peuple et l’exploitation de la classe ouvrière.

Est-ce possible dans le cadre de ces institutions ?

Partisan du suffrage universel, conquête de la démocratie, le Parti ouvrier indépendant se prononce pour l’élection d’une Assemblée constituante souveraine qui lui redonnera toute sa signification démocratique. Une telle Assemblée constituante souveraine composée de délégués élus, mandatés redonnera son véritable sens à la souveraineté populaire dans la mesure où elle prendra entre ses mains, sur la base du mandat qui lui a été confié, le pouvoir d’établir les institutions libres qui briseront la dictature de la troïka et établiront une authentique démocratie.

Pourquoi ces assemblées-débats ?

C’est pour œuvrer à l’ouverture d’une issue politique dans cette direction que le POI propose de faire de son journal Informations ouvrières la large « tribune libre de la lutte des classes » permettant d’approfondir ce débat et engage une campagne d’organisation d’assemblées-débats dans tout le pays. Que l’on partage tout ou partie des positions du Parti ouvrier indépendant, cette discussion ramène au point de départ : comment aider au groupement des travailleurs, des militants, des élus, des républicains et de tous les démocrates qui sont déterminés à faire prévaloir les exigences démocratiques et les revendications de la population et de la jeunesse ? Comment aider à réaliser, en toutes circonstances et sous toutes les formes, l’unité des travailleurs, des organisations et de la jeunesse, une unité scellée sur les aspirations et les revendications les plus urgentes ? Le Parti ouvrier indépendant exprime ses positions et les soumet à la discussion, car il ne prétend pas dicter des solutions toutes faites et les imposer. Débattre le plus largement possible de celles-ci ainsi que des moyens d’action, c’est le seul moyen de contribuer à réaliser les conditions d’une véritable victoire conforme aux aspirations de la population laborieuse.

La situation est sans aucun doute difficile. Les plus grands combats sont à l’ordre du jour. C’est la raison qui nous a conduit à fonder ce parti, le Parti ouvrier indépendant, qui arbore ses objectifs dans sa devise « Pour le socialisme, la République et la démocratie. » C’est pourquoi nous invitons sans tarder tous ceux qui en partagent les objectifs à nous rejoindre pour renforcer ensemble ce travail de construction d’un authentique parti ouvrier indépendant. Mais le but de ces assemblées-débats va au-delà du nécessaire renforcement du Parti ouvrier indépendant. Nous comprenons que le regroupement des forces pour les luttes de classe à venir n’est pas, et ne sera pas, chose aisée. Il s’agit d’œuvrer patiemment par le libre débat, à jeter les bases de l’unité ouvrière, du front uni des travailleurs et de leurs organisations sur la base des authentiques revendications. Les uns et les autres peuvent avoir, concernant la prochaine élection présidentielle, des points de vue différents. Cela ne doit pas être un obstacle à la réalisation de l’unité dans le combat pour la défense et la reconquête de la démocratie. Le Parti ouvrier indépendant ne fait pas de l’acceptation de sa politique le préalable à tout accord. C’est pourquoi nous invitons largement travailleurs, militants et jeunes de toutes tendances à venir poursuivre ce débat dans ses assemblées-débats, à le poursuivre dans les colonnes d’Informations ouvrières, tribune libre de la lutte de classe, hebdomadaire du Parti ouvrier indépendant. Et ainsi, sous toutes les formes, aider à faire progresser la cause de la justice, de la civilisation et de la lutte contre la barbarie et la régression sociale.



Agenda

 

2017

 

<<

Novembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930